Kemper a déjà changé le jeu des guitaristes. Le conditionnement de sa technologie de profilage sous format de pédalier peut-il renouveler le miracle?

Avec les produits Helix de Line 6 et AX8 de Fractal commercialisés respectivement en 2015 et 2016, Kemper est de loin le dernier des «trois grands» du monde de la modélisation numérique à se rendre à la fête. C’est peut-être mieux (vaut tard que jamais), surtout si les fonctionnalités révolutionnaires des versions phares de la tête et du rack se dans le Profiler Stage.

Tout équipement spécialement conçu pour un usage réel doit pouvoir résister aux rigueurs de la route et, à première vue, le châssis robuste de la Profiler Stage semble plus que capable de relever un tel défi, tout en conservant un agencement similaire du panneau de commande les versions existantes, qui tentent de représenter visuellement une chaîne de signal physique.

Une bande de boutons se trouve sur le côté droit de l’appareil, sous les pédales Looper et Tuner. La paire au centre étiquetée «amplificateur» et «cabinet» représente votre chaîne virtuelle. De gauche à droite, le bouton d’entrée (représentant votre entrée de guitare) est suivi de quatre boutons programmables marqués de A à D, auxquels vous affectez les effets normalement présents avant le préamplificateur, tels que les effets de distorsion, wah-wah et de volume.

Quatre boutons supplémentaires simulent une boucle d’effets virtuelle, situés entre les boutons « cabinet » et « sortie » à droite. Ils sont donc réservés aux effets tels que delay, reverb et modulation.